top of page

5 réponses... de l'adulte à qui l'enfant demande de l'aide !


Les raisons du silence

D'après Mireille Cyr (psychologue et intervenante aux 5èmes Assises nationales sur les violences sexuelles), il peut exister plusieurs motivations, à ce que l'enfant, victime, ne divulgue pas son agression : on y retrouve la honte, la peur de se faire disputer ou de décevoir, la méfiance envers les adultes, menaces de la part de l'agresseur, le fait de ne pas comprendre que c'est une agression, le fait de protéger la mère ou la fratrie des conséquences de la révélation…


Ainsi, on peut se poser la question de savoir comment réagir à cette situation afin d'adopter les bons comportements pour venir en aide à l'enfant.


Nos conseils :

  • Réagir de façon calme | L'enfant peut croire qu'il a fait quelque chose de mal, qu'il s'est mal comporté ou que c'est de sa faute.

  • Poser des questions ouvertes | Il faut inviter l'enfant à se confier

  • Etre attentif à la formulation des questions | Les questions "fermées" vont avoir tendance à limiter l'étendue de la réponse de la victime

  • Rassurer l'enfant | Réagir avec sérénité de sorte à mettre en confiance l'enfant

  • Ecrire le témoignage | rapporter le plus précisément possible, à la police ou aux différents organismes, ce que relate la victime.

  • Ne pas confronter l'agresseur | Laisser travailler les autorités compétentes.

  • Prévenir ! | En France, le 119 est le numéro gratuit du Service national de l'Enfance en danger



Image d'illustration - Jeune fille souriante

Entendre et accompagner l'enfant !






"Je te CROIS"



"Ce n’est pas de ta FAUTE"

"Je suis DESOLÉ que cela te soit arrivé"

"C’est très COURAGEUX que tu sois venu(e)

m’en PARLER"

"Je vais t’AIDER"











Mots-clés :

Comments


bottom of page