top of page

5 attitudes à adopter face à la maltraitance


Image d'illustration - main entrelacée

À ADOPTER LORSQU'UN ENFANT VOUS DIT QU'IL A ÉTÉ VICTIME D’AGRESSION SEXUELLE

Personne ne sait exactement qu'elles sont, à long terme, les conséquences émotives de l’agression sexuelle. Il semble cependant que l'enfant en sera moins marqué si l'attitude de l'adulte à qui il se confie est franche et compréhensive.



1 | ÉCOUTEZ-LE

Prenez-le à part. Demandez-lui de tout vous raconter, dans ses propres mots. Essayez d'évaluer ce qu'il comprend de l'anatomie et adoptez ensuite son vocabulaire. Des diagrammes, des photos et des poupées peuvent l'aider à expliquer ce qui lui est arrivé.





2 | CROYEZ-LE

Rassurez-le en lui disant :

ø que vous croyez ce qu'il vous a raconté,

ø que vous êtes persuadé que ce n'est par sa faute,

ø que vous êtes heureux qu'il vous ait parlé,

ø que vous êtes désolé que ce soit arrivé,

ø que vous l'aiderez à obtenir toute l'aide dont il a besoin.

Aidez-le à dénoncer la situation. Rappelez-vous qu'il ne vous appartient pas de déterminer si elle est vraie ou fausse. Souvenez-vous que l'enfant ment rarement lorsqu'il est question d'agression sexuelle. Si vous refusez de le croire, vous risquez d'aggraver le traumatisme causé par l'agression.


3 | SOYEZ COMPRÉHENSIF

L'enfant victime d'abus sexuel éprouve toute une gamme d'émotions : tristesse, colère, peur, angoisse ou dépression. Quelles que soient ses émotions, soyez compréhensif et évitez de suggérer ce qu'elles pourraient ou devraient être. Evitez de chercher la cause de l'agression. N'étouffez pas l'enfant de vos "pourquoi ?".

N'essayez pas d'identifier l'agresseur. Ne demandez pas : "qui l'a fait?". L'enfant peut ne pas être prêt à vous le dire pour le moment.

Ne portez pas de jugement prématuré sur ce que vous dit l'enfant. Ne présupposez pas que son expérience ait pu être mauvaise ou douloureuse ; il a pu au contraire y être indifférent ou même y prendre plaisir.

Ne prenez pas pour acquis qu'il puisse ressentir des sentiments de colère ou de culpabilité ; il peut ne rien éprouver de semblable. Evitez toujours de projeter vos propres réactions sur lui.


4 | RAPPORTEZ L'AGRESSION

Selon les lois en vigueur, vous pouvez être légalement tenu de dénoncer une agression sexuelle. Que ce soit ou non le cas, il est important que l'incident soit rapporté aux autorités compétentes afin d'assurer la protection de la jeune victime aussi bien que celle des enfants du voisinage.




5 | AIDEZ-LE

Il est très rare que l’agression sexuelle laisse des lésions corporelles permanentes. Par contre, l'enfant ne retrouvera son équilibre émotif que si vous le soutenez jour après jour.

S'il s'agit de votre enfant :

ø Vous devez avoir confiance en lui et ne pas le blâmer.

ø Vous devez consulter votre médecin de famille ou un service médical spécialisé et lui assurer les soins dont il a besoin.

ø Vous devez lui demander de vous prévenir immédiatement si l'agresseur tente à nouveau d'abuser de lui.

ø Vous devez le rassurer en lui répétant qu'il est en sécurité.

ø S'il vous pose des questions ou exprime des émotions relativement à l’agression sexuelle dont il a été victime, vous devez lui répondre posément et simplement. Ne le poussez pas à en parler.







Mots-clés :

Comments


bottom of page